Filmoclick

Clickez clickez et filmez !

The Patriot

The PatriotAnnées 1770, les Etats-Unis, alors dirigés par les anglais sont à la recherche de leur indépendance. Benjamin, l’un des soldats les plus connus, veut éviter une guerre qui sera décidée malgré tout. Contre sa volonté, son fils s’engage. Il reprend donc les armes pour être à ses côtés.

Avec un titre pareil, on pouvait s’attendre au pire d’americanisme primaire et de clichés, surtout quand on sait que le réalisateur est aussi celui de « Independence day ». On aura notre compte, mais ce n’est pas le principal reproche à faire à ce film.

En effet, de nombreux points bloquent dans ce film. Le culte du héros soldat n’avait pas été peint d’une telle façon depuis pas mal d’années. Gabriel, le fils de Benjamin est exactement le profil type du soldat sans peur, qui combat pour la cause jusqu’au bout, propre sur lui. Un personnage vraiment degrossi à la hache qui avoue le penchant du réalisateur pour ce type de héros qui, à notre époque, n’est plus trop au goût du jour. Cette vision vraiment rétrograde commence déjà à plomber le film.

Mel Gibson, dans un rôle plus ou moins proche de celui de W. Wallace dans Braveheart, nous la joue le soldat habile et malin. Il se démerde pas trop mal et c’est un des bons éléments du film. Son charisme et sa voix font de lui le leader que l’on connait. Mais on pourra critiquer son omniprésence dans une telle histoire. R. Emmerich nous résume une guerre de cette importance à son personnage de Benjamin. Même s’il est important, on a vraiment l’impression qu’il a retourné à lui tout seul le royaume britannique. Une véritable invraisemblance.

Ce défaut de résumer une guerre à un duel, fait que la vision est d’une partialité terrible. Tous les Américains sont gentils et ont un grand coeur, alors que les anglais sont d’odieux tortionnaires mesquins et cruels. Encore une fois, on retrouve un peu ce que l’on voyait dans Braveheart, mais ce film revêtait alors un coté « légendaire » qui pouvait légitimer ce type de vision. « Patriot » est plus proche de nous, et une telle histoire aurait été plus intéressante avec un peu moins de parti pris.

On a bien sûr droit à de belles scènes de guerre assez bien orchestrées mais assez peu communicative. On ne ressent pas vraiment les horreurs de la guerre, malgré pas mal d’image assez dures.

On est donc un peu déçu de ce long métrage. Patriot ne tient pas ces promesses car bourré maladresses et de details grossiers (un drapeau français bleu-blanc-rouge avec des fleurs de lys avant 1789, ça me parait bizarre). Malgré quelques scènes intéressantes, les longueurs sont indigestes et le récit est pénible.

L’auteur de « Godzilla » et « Independence Day » qui nous veut nous donner un cours d’histoire, ca ne pouvait être qu’un ratage. Cette « reconstitution historique » a bien peu de qualités. Elle ne fait preuve d’aucune originalité et multiplie les effets faciles (et horripilants). On est loin, très loin d’un bon film.

Concentrons-nous deux minutes et cherchons des qualités à ce navet de film. Il nous donne un vague apercu des batailles du 18eme siècle et il ressort de certaines scènes un certain réalisme. Et Mel Gibson nous offre une prestation assez correcte. Voilà voilà. C’est tout pour les qualités (la concentration fût pourtant extrême).

Cependant « The Patriot » cumule les défauts. Il ne fait preuve d’aucun respect des faits historiques en faisant reposer l’indépendance de l’Amerique sur la rébellion de trois pauvres pèlerins. Il utilise des procédés déconcertants pour faire verser la petite larme au spectateur (sans y arriver) : musique mielleuse, personnages ridiculement stéréotypés, scénario facile qui se contente de sortir des idées du placard, et sentimentalisme primaire déconcertant. Décidément, R. Emmerich est au bas de l’échelle des réalisateurs. Encore une fois, il nous livre un produit réchauffé dont le seul objectif est de faire de l’argent. On se répète mais c’est tellement vrai.

Les films historiques de 2h30 sont souvent de belles fresques. Celui-ci est l’exception qui confirme la règle. C’est un film qui dépitera les véritables amateurs de cinéma mais contentera le plus grand nombre. Et, c’est bien ca le pire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :